Cybersécurité: des chiffres qui donnent le vertige!

Au cours des derniers mois, de multiples attaques par déni de service (DDoS) ou encore par des logiciels malveillants ont sévi un peu partout dans le monde. Le projet collaboratif Atlas révèle une augmentation assez franche des cyberattaques au cours du mois d’août en France : le pic des 28 000 attaques DDoS est atteint !

Image result for direct denial of service attack

Plus récemment, Jean-Claude Juncker citait des chiffres impressionnants – 4 000 attaques par rançongiciel chaque jour en 2017, et 80 % des entreprises européennes concernées par au moins une attaque – avant d’annoncer que la Commission européenne souhaitait renforcer les fonds et les pouvoirs de l’agence européenne de cybersécurité (l’ENISA) et introduire une série de mesures contre les hackers. Parmi celles-ci, une coopération plus étroite entre public et privé, avec notamment un projet de programme européen pour la certification du niveau de sécurité des logiciels et produits techniques.

https://i2.wp.com/upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/a/ac/Jean-Claude_Juncker_2012-06-27_b.JPG?resize=524%2C371&ssl=1

Au niveau des entreprises, la cybersécurité devient année après année un poste de dépenses stratégique pour les entreprises avec des budgets qui s’envolent… 93 milliards de dollars : c’est le chiffre prévisionnel du cabinet d’analyse Gartner pour les dépenses mondiales en services et produits de sécurisation des données pour l’année 2018.

A cela s’ajoute l’entrée en vigueur du Règlement Général sur la Protection des Données (GDPR) en mai 2018 qui pourrait encore faire gonfler ces prévisions. Selon le même cabinet d’analyse, le GDPR devrait générer 65% des achats en matière de solutions de prévention des pertes de données (DLP) d’ici 2018.

Or dans ce domaine, d’autres chiffres inquiétants viennent d’être publiés par Imperva dont l’enquête révèle que près d’1/4 des entreprises n’ont pas encore recruté de responsable de la protection des données (DPO). Parmi celles-ci, 52 % ne prévoient pas de le faire avant le second semestre 2018, voire au-delà, soit après l’entrée en vigueur de la nouvelle réglementation.

Prêtes ou non, la facture s’annonce donc salée pour les entreprises, surtout les plus grandes : selon Sia Partners, le coût de la mise en conformité du GDPR en mai 2018 s’élèverait en moyenne à 30 millions d’euros pour un groupe du CAC 40 !